Monthly Archives: février 2019

Pour qui veut de l’adrénaline

Le week-end dernier, j’ai accompli un rêve de gosse : j’ai fait un vol en avion de chasse. Je ne pense pas qu’on puisse décrire un tel vol, et je dois dire que j’ai pas mal hésité à publier un article sur le sujet. Mais quand même, si je ne fais pas part d’une expérience de ce type, quelle est l’utilité de ce blog a-t-il encore une utilité ? Avant-hier, je me suis donc rendu à l’aéroclub pour y exécuter le vol tant attendu. Si vous avez en tête Les chevaliers du ciel, mais ce n’était pas tout à fait ça. Si j’avais bien tout l’attirail, mais je vous garantis que je n’en menais pas large quand il a fallu gagner le tarmac ! Quand je me suis approché de l’appareil, j’ai senti ma gorge se serrer. Dès le décollage, je me suis senti à l’aise. Il faut dire que l’avion manifeste une forte puissance, si bien qu’on se sent en confiance : il ne dévie pas d’un pouce de sa trajectoire en dépit des rafales de vent. Les sensations sont très différentes de celles qu’on peut ressentir à bord d’un avion de tourisme ! Si ça commence en douceur, il convient de préciser qu’un vol n’est pas pour les petites natures (d’ailleurs, il faut avoir une attestation médicale pour pouvoir le faire. Si le vol est plutôt tranquille les premiers instants, avec un vol de découverte, le vol devient très différent quand on se lance dans la phase acrobatique ! On constate l’intensité du schmilblick dès le premier tonneau, lorsqu’on se retrouve écrasé sur son siège avec la vitesse. La pression qu’on ressent sur le corps est inouie. On reçoit 4 G dans certaines figures et le poids du corps se retrouve alors multiplié d’autant ! Il faut contracter les muscles le plus possible pour résister à la pression. Bon, je sais bien que décrit de cette façon, ça ressemble plus ou moins à de la torture, mais c’est véritablement une sensation délirante. Le plus brutal, en fin de compte, c’est de passer des G positifs aux négatifs en permanence. Ca, on peut dire que ça remue nettement l’estomac. Je sentais que j’étais une balle de flipper. Ce qui, bien sûr, n’est pas vraiment la meilleure manière de conserver son petit-déjeuner en place. Et même si j’ai adoré cette expérience, j’ai été heureux (et triste, aussi) lorsque nous avons pris la route du retour. Quand je suis redescendu, j’avais les jambes un peu flageolantes, mais j’étais le roi du monde. Retrouvez plus de renseignements sur l’organisateur de cette activité de vol en L-39 à Paris Pontoise.

Des militaires russes en Centra-Afrique

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a pointé du doigt aujourd’hui la présence de mercenaires russes du groupe Wagner en Centrafrique et déploré une rhétorique « antifrançaise » dans ce pays depuis leur arrivée. Affaires étrangères du Sénat. Les Russes sont présents via « la force Wagner », un groupe militaire privé suspecté d’appartenir à un homme d’affaires proche du Kremlin, Evguéni Prigojine, a-t-il dit. Jean-Yves Le Drian. « S’il m’entend là, au-delà de cette salle, qu’il sache qu’on le connaît bien ! », a-t-il ajouté. En juillet 2018, trois journalistes russes enquêtant sur la présence de Wagner en Centrafrique avaient été assassinés dans des circonstances troubles. La Russie dispose officiellement d’instructeurs civils en Centrafrique, où elle exerce depuis quelques mois une influence grandissante. Selon des sources occidentales, ces instructeurs, dont le nombre est sous-estimé, sont des mercenaires étroitement liés à des sociétés minières russes. Cette présence russe « ne se substitue pas à notre action », celle de l’ONU (force de la Minusca) et de l’UE qui forme des soldats centrafricains, a assuré le ministre. Khartoum permettent « d’aboutir à un accord de paix d’ici au mois de mars ».  Êtes-vous passés à côté du constat dressé par les Gilets jaunes  ? Le constat qui est fait par les Gilets jaunes, c’est le même qu’on faisait au début de la création d’En marche  ! On portait aussi un message de renouvellement, à la fois des institutions et du personnel politique. Les Gilets jaunes sont un peu parfois les jusqu’au-boutistes d’En marche ! Qu’est-ce que l’exécutif doit changer dans son exercice du pouvoir  ? Beaucoup de choses. D’abord, je pense que si on avait tout fait parfaitement, on en serait pas arrivés là, à cette situation de tension. Le problème, ce n’est pas tant les Gilets jaunes que l’adhésion parfois ambiguë et tacite d’une partie de la population aux Gilets jaunes, groupe disparate. Il faut qu’on travaille pour avoir plus de cohérence dans l’action gouvernementale. On doit davantage s’occuper du ressenti de nos mesures, pas simplement envoyer des choses sans se préoccuper de la manière dont elles vont être reçues. La politique, c’est se préoccuper de l’envoi mais aussi de la perception. Si on a fait une très bonne réforme et que personne ne s’en saisit, c’est juste une bonne réforme sur le papier.  Dans un article publié le 2 janvier dernier, CheckNews évaluait l’impact de la réforme de l’impôt sur la fortune (ISF) sur les membres du gouvernement. Nous révélions que la ministre du travail Muriel Pénicaud en était la plus grande bénéficiaire. Deux jours plus tard, Muriel Pénicaud était invitée de la matinale de France Inter. Et avait été interpellée par un auditeur, faisant le parallèle entre la baisse de sa retraite et les 62 000 euros d’économie de la ministre du travail : «Est-ce que vous trouvez ça juste Madame Pénicaud ? Contacté par CheckNews, le cabinet de Muriel Pénicaud indique qu’elle a depuis investi le double de l’économie réalisée, soit 100 000 euros, dans l’économie sociale et solidaire. Plus précisément dans le fonds Phitrust Partenaires, qui finance et accompagne des entreprises sociales et solidaires, principalement en France, sur des thématiques comme l’insertion par l’emploi, le logement social ou le travail des personnes en situation de handicap.  Il ne s’agissait absolument pas de prendre en charge les éventuelles condamnations pécuniaires mais de pourvoir à sa défense. Le succès foudroyant de cette cagnotte a mis les petits marquis en fureur. Chacun au sein de la petite caste y est allé de son couplet, masquant par des cours de morale hypocrite sa rage devant cette solidarité exprimée par ce peuple qu’ils détestent. Ainsi, cette société très liée à Xavier Niel et filiale du Crédit mutuel Arkea a donc cédé aux pressions gouvernementales et à l’ordre donné par Marlène Schiappa. Situation absolument stupéfiante où le droit est simplement foulé aux pieds. Je veux créer une cagnotte Leetchi, mais je ne connais pas la procédure pour avoir votre permission. Et pour la liste des donateurs, faut l’envoyer à vous, à @EmmanuelMacron, à @EPhilippePM, à @CCastaner ou à @BHL ? Faut faire combien d’exemplaires ? Leetchi avait-il le droit ? Au-delà des conclusions que chacun en tirera sur l’impossibilité désormais de s’adresser à cette société pour la constitution de cagnottes, il y a quand même un très sérieux problème juridique.