Monthly Archives: octobre 2017

L’optimisation des sites

Éduquer et informer vos clients de l’offset est une grande partie de l’assurance de tout travail de référencement avec des problèmes minimes. Beaucoup de clients auront peu ou pas de compréhension de la façon dont les moteurs de recherche fonctionnent, et c’est votre travail de référencement pour les infuser autant que possible avant de commencer à travailler. Cet article traite de cinq questions principales que les clients vont poser, et de la façon dont vous devriez y faire face. 1. Pourquoi n’ai-je pas plus de trafic? Beaucoup de clients ne savent tout simplement pas ce qu’ils peuvent attendre en ce qui concerne les numéros de trafic. Ce n’est pas une faute de leur part, mais parfois ils peuvent être déçus par le trafic qu’ils reçoivent des positions apparemment bonnes de moteurs de recherche. Les estimations du trafic devraient être basées sur le volume de recherche et il est important d’expliquer clairement l’énorme différence de taux de clics entre un poste numéro un et un poste numéro quatre. 2. Pourquoi je n’apparais pas pour ce mot-clé? Lorsque les clients s’engagent d’abord dans des activités de référencement, il faut expliquer clairement que, pour même commencer à classer bien pour certains mots-clés, chaque page doit cibler efficacement son propre mot-clé. Si vous essayez de concentrer une page sur un trop grand nombre de mots clés différents, cela réduira le message et laissera les moteurs de recherche confus quant à la page en question. Par conséquent, à moins d’avoir un grand site Web, il y a une limite de combien de mots-clés vous attendez à bien classer. 3. Ma liste de répertoires locaux me dépouille, pourquoi est-ce? Ceci est particulièrement gênant pour les nouveaux et les petits sites Web. Très souvent, lorsqu’une recherche est effectuée pour un mot-clé choisi, non seulement vous verrez apparaître votre site, mais vous verrez également apparaître vos listes de répertoires. Parfois, les listes de répertoires vous dépassent. Cela dépend du fait que le répertoire a probablement beaucoup plus d’autorité que vous, et il faudra travailler pour renforcer l’importance de votre site Web par rapport à celui de votre page sur ledit répertoire. Vous pouvez également essayer de modifier votre liste de répertoires pour réduire sa compétitivité. 4. Combien de temps dois-je attendre? Probablement la plus grande question de tous, combien de temps cela prendra-t-il et combien de temps devrais-je vous payer? Il est essentiel de clarifier cela dès le début. Vous devez expliquer qu’il faudra du temps pour que votre travail porte ses résultats. Être honnête et transparent avec cela est toujours le meilleur moyen d’y aller. Je recommanderais de préparer un client pour n’importe où entre au moins six à douze mois avec un contrôle approfondi des progrès réalisés tous les trois mois. 5. Comment fera plus d’aide? C’est un gros, surtout si vous n’obtenez pas les résultats aussi rapidement que vous l’aviez prévu. Vous pouvez revenir au client plusieurs mois en bas de la ligne et suggérer encore plus d’améliorations du site ou relier les efforts de construction. La commercialisation d’un site Web devrait être abordée avec une vue à long terme. Si la campagne ne se déroule pas aussi bien que prévu, il vous faudra peut-être relancer le site Web et résoudre d’autres obstacles techniques. Expliquez le décalage et vous devez éviter de vous creuser dans des trous inutiles. Retrouvez toutes les infos sur spécialiste en référencement naturel à Lille.

Les disfonctionnements du courrier et des télécoms

Afin de « sortir du déni de réalité » sur les problèmes de téléphonie et de courrier rencontrés par les utilisateurs, l’Arcep lance une plateforme. C’est une petite révolution, qui devrait permettre d’atténuer les lenteurs d’internet ou la fréquence des colis qui se perdent. L’Autorité de régulation des télécoms et de la Poste (Arcep), a annoncé ce mardi le lancement d’une nouvelle plateforme qui doit permettre aux utilisateurs de signaler des problèmes rencontrés au quotidien avec leurs opérateurs télécoms, ou dans la livraison des colis et courriers.  Le site jalerte.arcep.fr, doit permettre à l’Arcep de « suivre en temps réel les difficultés rencontrées par les utlisateurs » de manière à être « plus efficace dans ses actions de régulation vis-à-vis des opérateurs ». Concrètement, l’utilisateur, particulier, élu, entreprise ou collectivité, peut signaler le problème rencontré en cliquant simplement sur une série de propositions détaillées sur le site de l’Arcep.  Laurent Toustou, responsable de l’unité de régulation par la donnée à l’Arcep, précise que l’objectif du site est « d’offrir aux utilisateurs la possibilité de participer à la régulation car ils sont au contact des réseaux et des opérateurs, il est important pour nous qu’ils nous signalent les dysfonctionnements qu’ils constatent ».  Une fois le signalement effectué, l’information est ensuite directement traitée par l’Arcep ou transmise auprès des services compétents, si cela concerne la Médiation des télécoms ou la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).  Cette nouvelle plateforme doit également permettre à l’Arcep d’enrichir ses cartes de couverture dont la nouvelle version, plus affinée, a été publiée mi-septembre. « On ne veut surtout pas doublonner ce que font les associations de consommateurs, a prévenu Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, On souhaite se situer à un autre niveau, avoir un thermomètre dans notre relation avec les Français de manière à avoir une régulation plus intelligente. »  « Ce que nous souhaitons, c’est que cette plateforme nous permettre de sortir du déni de réalité, je souhaite qu’à partir de ce diagnostic il y ait une véritable prise de conscience des opérateurs et des pouvoirs publics » sur la qualité réelle du réseau, a pour sa part déclaré le sénateur centriste de l’Eure Hervé Maurey, également présent à la présentation.