Monthly Archives: octobre 2015

Quand les fondateurs de l’entreprise sont (r)appelés à la rescousse

Le point commun entre Steve Jobs (Apple), Jack Dorsey (Tinder) ou Jean-Franois Roverato (Eiffage)? Ils sont tous revenus aux commandes de l’entreprise qu’ils ont cre aprs des annes d’absence. Une question de survie… et d’ego.

On pourrait appeler ça la parabole du patron prodigue. Même si, tel Terminator, il ne cède pas sa société en jurant l’air menaçant qu’il sera de retour, un chef d’entreprise y revient souvent. Qu’ils se situent en France ou aux Etats-Unis, les exemples ne manquent pas : en 1997 Steve Jobs revient chez Apple après plus de dix ans d’absence, Jack Dorsey, fondateur de Twitter reprend les rênes après avoir mené d’autres projets ou encore Sean Rad, rappelé à la tête de Tinder l’été dernier. Chez Eiffage, c’est suite au décès brutal du PDG Pierre Berger qu’il a été décidé, dans l’urgence, de confier l’intérim à Jean-François Roverato, 71 ans, fondateur et patron historique du groupe de BTP. Après avoir mené l’entreprise pendant 20 ans, le profil de l’homme était jugé le plus rassurant.

Une « dimension viscérale »

Lundi 26 octobre, c’est la famille Gerbi à l’origine de l’enseigne Gérard Darel, qui a repris en main le destin de l’entreprise, alors placée en redressement judiciaire. Elle l’avait cédée en 2008 au fonds d’investissement Advent. « Après la vente, nous sommes restés au conseil de surveillance avant de nous en aller pour divergences de vues car nous n’étions pas en accord sur le timing des décisions », commente Laurent Gerbi (2è génération). Les développements ont tourné court. « Ce sont deux cultures différentes, pointe Stéphane Cohen, président de l’ordre des experts-comptables d’Ile-de-France. En général, un fonds qui reprend en LBO et qui s’endette regarde l’entreprise avec un objectif de liquidité à terme et écarte souvent le dirigeant historique vu comme un obstacle pour faire table-rase du passé. »

Même s’il semble a priori d’accord pour céder sa société – et qu’il empoche au passage une enveloppe bien garnie – un entrepreneur ne se résout pas facilement à tourner la page et n’oublie jamais vraiment le projet qu’il a porté des années durant. « Il y a une dimension viscérale, un peu comme avec un enfant qu’on refuse de voir s’échapper », poursuit Stéphane Cohen. « Ne négligeons pas la part d’ego, abonde François Enius, consultant. Même avec des raisons objectives, un fondateur peut parfois avoir du mal à digérer cette perte et se tenir en embuscade pour intervenir au moindre faux pas. » Si le dirigeant maintient des contacts en interne, il peut être très vite informé des éventuelles difficultés et monter au créneau pour jouer une nouvelle partie.

A deux, c’est peut-être mieux

C’est ce qui s’est produit pour Gérard Zonca, fondateur de l’entreprise de menuiserie héraultaise du même nom. L’homme a eu deux vies dans sa société. La première s’est achevée en 2008 lorsqu’il a choisi de revendre son affaire florissante à un groupe lillois et de partir à la retraite. La seconde s’est jouée en 2012 quand il a choisi de reprendre son « bébé » en liquidation. « Il passait tous les jours devant les bâtiments car il vit à dix minutes, explique Fabien Labbé, son associé dans le projet de reprise et l’actuel dirigeant de Zonca. C’était un crève-coeur pour lui de voir son travail entaché et son nom associé à cet échec, sans compter la perspective de voir ses 35 salariés se retrouver chez Pôle emploi. S’il a choisi de revenir, Gérard Zonca a décidé de ne pas le faire seul.

« L’idée n’était pas qu’il y consacre ses jours et ses nuits, poursuit Fabien Labbé. Notre duo, formé en quelques semaines, a séduit clients et fournisseurs. J’ai apporté mon carnet d’adresses et de nouveaux contacts, lui a garanti une forme de stabilité auprès des interlocuteurs habituels qui lui faisaient confiance et le respectaient. » Trois ans plus tard, c’est Fabien Labbé qui gère l’entreprise mais Gérard Zonca n’est pas très loin. « Ce matin encore, je l’ai appelé pour lui parler d’un dossier et lui demander son avis », ajoute Fabien Labbé.

Revenir avec une stratégie

Si admiré soit-il, un fondateur qui revient doit aussi faire ses preuves. « On peut légitimement se dire que s’il a loupé une fois, il peut très bien louper à nouveau et ça peut être inquiétant, estime François Enius. Tout dépendra de la stratégie déployée ensuite et de la lucidité du dirigeant. » L’équipe de repreneurs de Gérard Darel la joue plutôt modeste. « On ne dit pas qu’on est les meilleurs, rétorque Laurent Gerbi. On constate seulement que nos dernières recommandations sur la stratégie étaient plutôt justes et que le tribunal de commerce a jugé notre dossier de reprise solide et pérenne. »

Le garant du passé doit aussi se faire celui du futur. « Un fondateur qui revient dans ses murs doit toujours se souvenir que l’entreprise a changé, que l’ADN qui a contribué à créer a évolué en son absence », recommande François Enius. La responsabilité du dirigeant, c’est d’anticiper la suite. » Revenir, d’accord, mais à condition de savoir pourquoi…

Christian Eckert : bientôt «des mesures pour les retraités en difficulté»

A un mois du premier tour des régionales, c’est une vraie menace de déflagration : près de 900 000 Français aux revenus modestes ont constaté cet automne une hausse sensible de leur taxe d’habitation et foncière – ou vont devoir les acquitter alorsqu’ils ne les payaient pas auparavant. Dans un courrier adressé le 26 octobre à Manuel Valls, 115 députés de la majorité, confrontés à la «détresse des personnes âgées» dans leur circonscription ont tiré la sonnette d’alarme et appelé le gouvernement à corriger le tir au plus vite. Un message reçu cinq sur cinq à Bercy. Entretien avec le secrétaire d’Etat au Budget, Christian Eckert. 

Alors que le gouvernement promet des baisses d’impôts, comment expliquer une telle situation?

Un grand nombre de personnes âgées aux revenus modestes sont touchées par l’évolution, en matière d’ impôts locaux, de la mesure dite « ½ part des veuves », votée sous le gouvernement précédent, en 2008, et dont les effets programmés se font sentir aujourd’hui seulement, en les rendant redevables de la taxe d’habitation et, pour ceux qui sont propriétaires, de la taxe foncière. Pour la taxe d’habitation, cette situation concerne environ 250 000 personnes, qui deviennent imposables alors qu’elles étaient jusqu’ici exonérées. Le gouvernement est pleinement conscient de la situation de fragilité dans laquelle se trouvent ces personnes âgées..

Pourquoi le ministère des finances n’a t-il pas anticipé et neutralisé l’effet de cet alourdissement fiscal?

Nous avions de fait anticipé cette difficulté : notre réflexion a rejoint celle de la députée Christine Pires Beaune en discussion du Projet de Loi de finances pour 2016 et nous avions accepté un premier amendement, qui revalorisait le plafond de revenu permettant de bénéficier de l’exonération. Nous avions immédiatement indiqué que nous envisagions d’aller plus loin, de manière à rattraper le plus possible de situations. Nos travaux montrent aujourd’hui que cette mesure qui porte sur les seuils de revenu de référence n’est pas suffisante ; nous allons donc proposer quelque chose de plus ciblé encore en direction des personnes âgées devenues imposables à la taxe d’habitation et à la taxe foncière alors que leur revenu n’avait pas varié.

Ce qui est vrai pour la taxe d’habitation l’est aussi pour la taxe foncière, qui est désormais exigible dans son intégralité dès que le revenu d’un foyer est supérieur à 10 800 euros par an… Savez vous combien de personnes sont touchées à ce titre?

Nous sommes en attente des chiffres mais ils sont par nature beaucoup moins nombreux : en effet, l’exonération de taxe foncière commence à 75 ans et non à 60 ans comme la taxe d’habitation ; et 30 % des personnes de plus de 75 ans ne sont pas propriétaires de leur résidence principale. Pour autant, les situations individuelles peuvent être très difficiles, et nous souhaitons régler le problème de manière globale, à la fois pour la taxe d’habitation et la taxe foncière.

A un mois et demi du premier tour des régionales, cette hausse inopinée des impôts locaux n’est pas vraiment pour redonner confiance à l’électorat populaire. Que comptez-vous faire pour rassurer les les Français concernés?

Comme je l’ai dit, les causes de cette situation remontent à 2008.

Quant aux réponses, le budget 2016 prévoyait dès sa présentation, début octobre, 2,1 Mds € de baisses d’impôt sur le revenu vers les revenus moyens et modestes. Et face à ces retraités en difficulté, nous annoncerons très prochainement des mesures concrètes pour leur apporter de la manière la plus efficace qui soit une solution.

Un grand nombre de personnes âgées aux revenus modestes sont impactées par les effets sur les impôts locaux de la mesure dite « ½ part des veuves », votée sous le gouvernement précédent, en 2008, et dont les effets programmés se font sentir aujourd’hui seulement, en les rendant redevables de la taxe d’habitation et, pour ceux qui sont propriétaires, de la taxe foncière. Cette situation concerne environ 250 000 personnes qui étaient exonérées et deviennent imposables. Le gouvernement est pleinement conscient de la situation de fragilité dans laquelle se trouvent ces personnes âgées qui étaient jusqu’à aujourd’hui exonérées d’impôts.

Recueillis par Nathalie Raulin

Nathalie Raulin

Le nombre de stagiaires dans l’entreprise est désormais limité

Le dcret relatif l’encadrement des stages vient d’tre publi au JO ce 28 octobre. Des plafonds sont fixs selon la taille des entreprises.

Adoptée par le Parlement en juin 2014, un autre point majeur de la loi sur l’encadrement des stages entre en vigueur. Le décret relatif à l’encadrement des stages et fixant le quota précis de stagiaires qui peuvent être accueillis en même temps dans une entreprise vient de paraitre au Journal officiel. Le but: traquer les pratiques abusives et les sanctionner. Une « avancée historique », a salué le collectif Génération Précaire dans un communiqué.

Le texte publié mercredi 28 octobre précise donc le nombre maximal de stagiaires qu’une entreprise peut recevoir.

Pour celles de moins de vingt salariés, il sera désormais interdit de signer plus de trois conventions de stage simultanément. Pour les entreprises de vingt salariés ou plus, le quota se situe à 15% de l’effectif total « arrondi à l’entier supérieur »

>> Lire aussi: Stage: ce que la loi a changé

Le décret adapte les règles en matière de conservation par l’entreprise des données du registre unique du personnel relatives aux stagiaires. Comme pour un salarié, les mentions portées pour un stagiaire sont conservées pendant cinq ans à compter de la date à laquelle il a quitté l’établissement.

Des contrôles renforcés

Ce plafond peut être contourné pour les formations en milieu professionnel obligatoires pour les élèves du secondaire. L’académie pourra relever la limite à cinq stagiaires dans les entreprises de moins de 30 salariés et 20% de l’effectif dans les entreprises de 30 salariés et plus.

Le décret précise aussi le nombre de stagiaires affiliés à un tuteur. Il ne pourra pas y avoir plus de trois stagiaires sous l’aile d’un seul tuteur, précise le texte.

Les contrôles de l’inspection du travail seront renforcés afin de s’assurer du respect de ces nouvelles mesures. Les inspecteurs du travail pourront obtenir des copies des conventions de stage. En cas d’abus, les entreprises devront payer une amende dont le montant sera fixé par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi). Plus l’entreprise aura répété l’infraction et utilisé un nombre élevé de stagiaires et plus la somme sera élevée.

>> A lire: Tout savoir sur les stages en entreprise: notre dossier

De l’oxygène découvert autour de la comète Tchouri

C’est une découverte qui pourrait bouleverser la recherche spatiale. La sonde européenne Rosetta a trouvé de l’oxygène en abondance dans l’atmosphère de la comète Tchouri. Cet oxygène moléculaire (O2) pourrait être plus ancien que notre système solaire, qui date de 4,6 milliards d’années, selon une étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature.

«Il s’agit de la découverte la plus surprenante faite jusqu’à présent autour de la comète» 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, escortée depuis quinze mois par Rosetta, a estimé Kathrin Altwegg, de l’Université de Berne (Suisse), l’une des auteures de l’étude.

C’est la première fois que l’on trouve du dioxygène – plus couramment appelé oxygène moléculaire – dans une comète, même si il a été détecté dans d’autres corps célestes glacés comme les lunes de Jupiter ou de Saturne. «Il va peut-être falloir modifier nos modèles actuels sur la formation du système solaire car pour le moment ils ne prévoient pas la présence d’oxygène moléculaire dans une comète», a déclaré André Bieler, de l’Université du Michigan (Etats-Unis), co-auteur de l’étude. 

L’oxygène moléculaire est très difficile à observer à distance, par exemple depuis la Terre. Le spectromètre Rosina, l’un des instruments clef de la mission Rosetta, a réalisé des mesures des gaz entre septembre 2014 et mars 2015 alors que la comète 67P se rapprochait du Soleil. Rosina a trouvé en moyenne près de 4% d’oxygène moléculaire (rapporté à la vapeur d’eau H2O) dans le nuage qui forme la queue de la comète, selon l’étude. Ce pourcentage est parfois monté jusqu’à 10%.

«C’est vraiment beaucoup!», s’exclame André Bieler. Cela fait de l’oxygène le quatrième gaz de la comète, en importance, après la vapeur d’eau (H2O), le monoxyde de carbone et le dioxyde de carbone. «Nous pensons que cet oxygène est « primordial », c’est-à-dire qu’il est antérieur à notre système solaire», relève le chercheur.

«Ne pas tirer trop vite des conclusions»

La surprise des scientifiques tient au fait que l’oxygène est très réactif chimiquement et qu’il se transforme facilement. Pour avoir pu survivre en l’état, «il a fallu qu’il soit incorporé dans la comète avec douceur», explique le chercheur. Il a pu être emprisonné dans des grains de glace.  

«Si l’oxygène n’a pas bougé en dépit de la formation du système solaire, c’est qu’il n’a pas chauffé», a expliqué l’astrophysicien Francis Rocard, responsable du programme Rosetta au CNES, l’agence spatiale française. La découverte de Rosina «apporte une contrainte forte sur le mécanisme de formation du système solaire», notamment en ce qui concerne les températures, reconnaît-il. «Mais il ne faut pas tirer trop vite des conclusions.» La présence d’oxygène sur Tchouri et peut-être sur d’autres comètes n’a «pas d’implications directes sur l’apparition de la vie sur Terre», a tenu à souligner Kathrin Altwegg lors d’un point de presse organisé par Nature

AFP

DSN (Déclaration sociale nominative): les nouveaux éléments à déclarer

Pour les paies du mois d’octobre, la phase 1 de la dclaration sociale nominative (DSN) est clture. L’employeur devra directement dmarrer en phase 2. Explication.

Jusqu’à présent, un employeur qui souhaitait mettre en place la DSN (déclaration sociale nominative) pouvait la transmettre au format phase 1 ou phase 2. A partir de la paie du mois d’octobre, tout employeur aura l’obligation de transmettre sa DSN avec les éléments de la phase 2. En clair, si l’employeur communique une DSN en phase 1, elle sera rejetée. Pour ne pas être pris au dépourvu avant la mise en application en janvier pour toutes les entreprises (sauf TPE et PME), voici ce qu’il faut savoir sur la phase 2 de la DSN.

Le décret n°2014-1371 du 17 novembre 2014 précise les déclarations à intégrer dans cette nouvelle phase de déploiement de la DSN. Les employeurs concernés sont :

  • ceux qui ont déjà opté volontairement pour la DSN,
  • ceux qui ont fait l’objet de l’obligation anticipée de démarrage,
  • ceux qui veulent démarrer la DSN en octobre.

Nouvelles déclarations à effectuer

En complément des déclarations déjà intégrées depuis la phase 1 du 1er avril 2013 (et obligatoires pour les plus grandes entreprises depuis le 1er avril 2015) , il y a cinq nouvelles déclarations à effectuer via la DSN.

  1. Le relevé mensuel des contrats de travail temporaire destiné à Pôle emploi et délivré par les entreprises de travail temporaire.
  2. Les attestations de salaire pour le versement des Indemnités Journalières (IJSS) dues au titres des accidents et des maladies d’origine professionnelle. La phase 1 ne concernait que les IJSS versées dans le cadre d’un arrêt maladie non professionnelle, maternité et paternité.
  3. Le bordereau récapitulatif des cotisations et contributions sociales (BRC) ou la Déclaration unifiée des cotisations sociales (DUCS).
  4. Le Tableau récapitulatif (TR) utilisé pour la régulation des cotisations sociales de l’année civile destinées à l’Urssaf.
  5. La déclaration des effectifs prévue au code de la sécurité sociale si une DSN est effectuée chaque mois de l’année civile.

Certificat de conformité

A réception de la transmission dématérialisée des données, l’employeur reçoit un certificat de conformité pour chaque déclaration précisant la bonne correspondance des données envoyées. Si ce n’est pas le cas, l’employeur est informé des anomalies ou données manquantes à sa déclaration. La réception du certificat de conformité n’entrave pas les rectifications et mises à jour effectuées par la suite à la demande des organismes, administrations, ou des salariés.

Une collision, Le Pen et All Blacks : cinq vidéos à ne pas manquer ce vendredi

Le déroulement de la journée après l’accident survenu entre un camion et un car en Gironde, les réactions politiques à l’annulation par la présidente du Front national de sa participation à «Des paroles et des actes» et cinq exercices d’entraînement des All Blacks. Les vidéos à voir ce vendredi

Collision à Puisseguin : comment les télés ont raconté la tragédie

Un dramatique accident s’est produit vendredi matin vers 7 h 30 à Puisseguin, en Gironde. Ce sont deux véhicules lourds, un autocar et un camion, qui sont entrés en collision. Le car transportait 48 personnes, plus un chauffeur. En fin d’après-midi, le bilan était de 43 morts, dont le chauffeur du camion et un enfant de trois ans présent dans la cabine du poids lourd. Pour relater l’événement, les chaînes d’information ont plongé vers 9 h 00 en édition spéciale. D’abord obtenues par téléphone, les informations se sont rapidement étoffées lorsque les journalistes sont arrivés sur place. La plupart ont, dès midi, diffusé les images filmées depuis des hélicoptères, laissant apparaître deux carcasses calcinées encastrées, le tout ponctué de réactions politiques.

Les images aériennes de l’accident à Puisseguin

iTélé, BFM TV et France 3 ont diffusé les images aériennes du drame, rendant compte de l’ampleur des dégâts.

Marine Le Pen moquée après son refus de participer à «DPDA» sur France 2

La présidente du Front national a annulé jeudi soir sa participation à «Des paroles et des actes». Ce revirement a contraint France 2 à suspendre son émission à quelques heures de la diffusion. Si Marine Le Pen a le soutien de son parti, ses adversaires n’hésitent pas à se moquer de son attitude. Et pour cela, droite et gauche sont unanimes.

Cinq chefs d’Etat férus de bière

Une ale pour accueillir un président chinois. C’est le choix qu’a fait jeudi David Cameron, Premier ministre britannique, en emmenant Xi Jinping dans un pub de Londres. En costume, mais décontractés, tous deux ont siroté une bière devant les caméras et les photographes – venus nombreux – afin de discuter des négociations en cours – ou d’orchestrer une belle opération de communication. Car depuis quelque temps, la bière semble avoir acquis une aura fédératrice pour les chefs d’Etat. Et si Angela Merkel a des raisons d’être moins réceptive à son attrait – elle s’était fait déverser en 2012 l’équivalent de plusieurs pintes sur la tête – Barack Obama en est, lui, un fervent défenseur, au point d’en faire brasser à la Maison Blanche.

Cinq exercices d’entraînement des All Blacks

En écrasant la France 62-13 en quart de finale de la Coupe du monde de rugby, la Nouvelle-Zélande a confirmé son statut de favori. Les All Blacks se montrent aussi costauds en dehors du terrain. Musculation, gainage, vélo… Depuis le début de la compétition, de nombreuses images de leurs séances d’entraînement ont filtré.

LIBERATION